Connexion

Une carrière d’engagement

Syed Rafat Ali fête ses 30 années au service de l’industrie nucléaire au Pakistan
Abdul Jalil Quraishi, Directeur de l’Exploitation de l’Énergie Nucléaire, Commission de l’Énergie Atomique du Pakistan, Services Centraux de PAEC, Islamabad

Syed Rafat Ali, Ingénieur en Chef Adjoint, centrale nucléaire de Karachi (KANUPP)En mars 2014, Syed Rafat Ali, Ingénieur en Chef Adjoint à la centrale nucléaire de Karachi (KANUPP) a fêté ses trente ans d'une carrière réussie et exemplaire dans l'industrie nucléaire.

 « Pour accomplir ses objectifs professionnels, il faut déjà commencer par définir ces objectifs, » a expliqué Rafat, « J'avais décidé de rejoindre l'industrie nucléaire dès le début de ma carrière. »

En 1985, après avoir obtenu son diplôme en technologie des centrales nucléaires, Rafat a rejoint le Service conduite de KANUPP, la première centrale nucléaire commerciale du Pakistan. Dans le cadre de ses fonctions, il a travaillé à la gestion des activités des équipes de quart ainsi qu'à l'exploitation sûre et fiable de la centrale, obtenant brillamment ses habilitations d'ingénieur conduite et de Chef d'exploitation.

En 1995, il a joué un rôle central dans le projet de mise à jour du rapport final d'analyse de sûreté de KANUPP (KFSAR), réalisée en joint-venture entre PAEC et AECL.

 « Travailler sur KFSAR a contribué à renforcer mon sentiment d'engagement envers la sûreté nucléaire, » a ajouté Rafat.

L'accent étant de plus en plus mis sur la sûreté nucléaire, PAEC et KANUPP ont pris la décision de mettre en place des programmes de sûreté en exploitation tels que l'auto-évaluation, l'analyse des causes profondes (RCA) et les programmes d'actions correctives (CAP), et Rafat a été retenu comme chef d'équipe pour les développer et de les mettre en œuvre.

 « Nous avons reçu une assistance très encourageante d'organisations internationales telles que WANO, l'AIEA et le COG ». Rafat a souligné que coopération et partenariat étaient la clé d'un succès durable.

Les axes de progrès sont désormais clairement identifiés et les actions correctives SMART mises en œuvre. En conséquence, le nombre et l'importance des incidents diminuent progressivement, et l'exploitabilité et la disponibilité globales de la centrale augmentent.

Rafat a dirigé les programmes RCA et CAP de 2004 à 2008. « Aujourd'hui KANUPP est considéré comme l'une des meilleures organisations apprenantes, donnant la priorité à la sûreté et à la communication avec une clause portant sur le recueil et le partage des informations, ainsi que sur l'analyse approfondie des incidents ».

En 2002, Rafat a été chargé de la première revue périodique d'évaluation de la sûreté (PSR) de KANUPP. « C'était pour nous un véritable défi. La prolongation de la durée de vie de la centrale dépendait du succès de sa réalisation. »

Rafat a travaillé en 2012 comme coordinateur adjoint de la PSR pour la soumission dans les délais du rapport et la résolution des questions de sûreté afin d'exploiter la centrale au-delà de juin 2014.

À la suite du grand séisme du Japon Oriental et de l'accident qui a suivi sur la centrale nucléaire de Fukushima Daichii, PAEC et KANUPP ont reconnu l'expérience de Rafat, le nommant coordinateur principal chargé de s'assurer de l'identification des enseignements tirés et de la préparation d'un plan d'action solide visant à améliorer davantage la sûreté.

Le FRAP (Plan d'Action Approuvé en Réponse à Fukushima a été publié en juin 2011. « Quatre revues d'avancement du FRAP ont été réalisées à ce jour par PAEC, reflétant leur engagement envers la sûreté nucléaire. »

Rafat a participé à la préparation du rapport national spécial du Pakistan pour la réunion extraordinaire de la Convention de la Sûreté Nucléaire (CNS) en 2012 en réponse à Fukushima. Il a également apporté son aide à la préparation et à la revue du rapport national du Pakistan pour la CNS en 2011 et 2014.